Moi & mes motivations

[Salut les chatons, je commence par une petite présentation]

Je m’appelle Déborah, j’ai 25 ans. Comme vous l’avez probablement noté je vis en Belgique, plus précisément dans la capital de cet adorable petit pays, Bruxelles.  J’ai fait des études de sociologie (comme ça vous savez tout), mais finalement je travaille comme psychomotricienne. Je fais du sport, beaucoup, du jiu-jitsu brésilien mais aussi du jogging. J’adore, ça me vide l’esprit et me tient en forme. Que du bonheur.

Ah oui aussi, j’aime les légumes ! Trêve de plaisanterie, j’ai commencé à me soucier de mon alimentation adolescente. Vers l’âge de 15 ans j’ai pris une grande décision : devenir végétarienne. Je trouvais que ça n’avait pas beaucoup de sens de faire naître des animaux pour les faire vivre dans des conditions non naturelles (pour ne pas dire déplorables) et ensuite pour les tuer en masse afin qu’ils se retrouvent dans notre assiette.

Les choses se sont faites en douceur, j’ai d’abord arrêté la viande et le poisson au quotidien, mais au restaurant, avec la famille, je faisais une entorse à mon régime.Puis on s’informe, et plus on s’informe plus l’idée d’avoir un animal dans son assiette nous dérange.  Et, vient le temps où même la viande « sociale » on n’a plus envie.

Les habitudes prennent vites place, puis ça devient naturel et presque facile. On s’adapte, la viande et le poisson ça devient de l’histoire ancienne. Les gens autour de toi ils trouvent déjà « que c’est un truc de fou » ce que tu fais, eux ils « savent que tu as raison, mais c’est trop chaud » parce que « la viande c’est tellement bon« .

Je me souviens encore ce qui m’a (entre autres) motivé. Pendant les années ou j’étais plus jeune  je répétais cet argument sans cesse : « Mais pourquoi cultiver des céréales pour les donner à du bétail alors qu’on pourrait les manger directement ? On pourrait nourrir le monde entier comme ça« . L’argument tient encore aujourd’hui, sauf que aujourd’hui on se sent moins seul. Beaucoup de monde le sait : manger de la viande c’est mauvais pour la planète, ça consomme énormément d’eau, ça fait du mal aux animaux, c’est pas très bon pour la santé, etc. Et c’est déjà ça de pris.

[Mais pourquoi devenir vegan ? ]

vegan raisons

Un beau jour tu décides que t’en a marre de fermer les yeux sur un système de production qui (mal)-traite les animaux comme des objets, et du coup, tu décides de devenir vegan.

Stupeur et tremblement des proches,

Certains s’inquiètent pour tes carences, d’autres clament que tu es trop « radical », en tout cas chacun à son avis sur la question.

Quoi qu’il en soit, il y a maintenant pas si longtemps je suis devenue végétalienne/vegan. Et bon je suis aussi antispéciste. Enfin c’est parce que je suis antispéciste que je suis vegan évidemment [Bla bla charabia]. En bref, antispéciste veut dire qu’on considère l’être humain comme un animal et les animaux comme des animaux non-humains. Donc que nous ou les animaux et bien c’est un peu pareil, enfin assez pareil pour qu’on respecte leur vie, qu’on les traite comme des êtres vivants (et non des objets), un peu comme on fait avec les animaux de compagnie, sauf que ça devrait être le cas pour tous les animaux (et humains).

En réalité c’est l’idée toute simple qu’une vie = une vie.

Et bon c’est pas hyper en adéquation avec la manière dont est produit nos aliments : les vaches laitières sont inséminées artificiellement (sans grossesse pas de lait), puis ensuite leur veau leur est enlevé et tué. Elles sont utilisées jusqu’au moment où elles ne sont plus rentables, tuées elles aussi. Les poussins mâles n’ont pas de chance à la naissance, ils sont broyés, vivant.

Respect = 0/10

Alors quelques enquêtes et rapports de PETA plus loin, c’est décidé j’arrête les produits laitiers et les œufs. Je finis le pot de miel que j’ai à la maison, et je cesse aussi d’en consommer. Je suis végétalienne.

Donc voilà, tout cela m’a amené à arrêter de consommer tous les produits qui ont une origine animale. Ciao, ciao le camembert, la tartine beurrée, le tiramisu, les cookies, muffins et autres « crasses », bye bye la crème glacée, le parmesan,…

Mais coucou légumes, fruits, légumineuse, céréales, graines, fruits secs et oléagineux. Et là c’est la surprise, la découverte, un monde inconnu s’ouvre devant vous. Un paysage de nouveauté culinaire, de variété de goût, de produits, de mélanges et de recettes. Et oui, qu’on le veuille ou non l’aventure vegan (oui oui c’est comme ça que je le vie) et bien c’est avant tout des étonnements.

Il faut tout de même le dire, c’est aussi un souci d’adaptation consent, de changement d’habitudes, de bousculement de ce qui nous semble facile et surtout normal. C’est aussi sortir de sa zone de sécurité, c’est prendre des risques, mais ceux qui sont bons pour notre santé (j’aime vivre dangereusement).

Mais je ne cesserai jamais d’avoir une réfléxion sur ce qui se trouve dans mon assiette et la manière dont cela à été produit. Je mange un minimum d’aliments transformés, je déserte un maximum les grandes surfaces, je privilégie les secteurs courts, je mange des légumes locaux, de saisons et biologiques, je choisis aussi des fruits locaux et si ce n’est pas possible je les prends au moins biologiques et fair trade (banane).

Devenir vegan pour moi cela est passé par avoir une réflexion générale sur l’alimentation.

Végétale, oui de toutes façons.

Locale, le plus possible, les légumes surtout.

Biologique, je préfère, enfin si tu as pas le label mais que je sais que c’est sans pesticides alors c’est parfait.

Très vite vous évitez les supers marchés, mais on y va encore, parfois,…

Manger de saison me permet de faire des économies, et oui, en plus de tout cela je fais attention aux prix de ce que j’achète. Après, l’idée c’est aussi bien sûre de ne pas porter de cuir, ni de laine, ni autre textile provenant des animaux. C’est aussi d’acheter des cosmétiques non testés sur les animaux, ainsi que les produits ménagés.

Mes choix quotidiens sont donc influencés par mes valeurs. Je cherche à réduire mon impact au maximum, c’est mon choix. Je n’ai pas la prétention d’être parfaite, je fais des écarts, je m’adapte à la situation, en résumé je vie. J’essaie d’être cohérente dans mes choix, ouverte dans mes idées et respectueuse envers les autres.

Ici on est pas là pour juger mais pour discuter 🙂 !

Mais en tous les cas, l’enjeu de ce blog est de proposer des conseils, des recettes simples et savoureuses, des lieux pour faire vos emplettes, des restos pour manger (en ayant le choix c’est encore mieux), ou encore des discussions et interrogations sur ce mode de vie.

Gros gros programme en somme.

Au plaisir de vous lire.

 

Photos *

Publicités